Ce sont des hommes et des femmes comme nous…

Un communiqué de la Fédération internationale du Travail Social nous rappelle la tragédie qui se déroule actuellement en Méditerranée.  » Des centaines d’hommes, de femmes, des enfants meurent en tentant de traverser la mer pour fuir la guerre, la pauvreté, la faim, les maladies  et de trouver un endroit plus sûr pour vivre. L’an dernier, 3.500 migrants sont morts en tentant la traversée. Cette année, jusqu’à présent plus de 2000 personnes sont mortes de faim, soif, d’étouffement ou se sont noyées ». Ces tragédies sont incompatibles avec le respect des droits de l’homme. Conformément aux accords internationaux, les réfugiés doivent avoir le droit d’être protégés face à de telles adversités.
Il est une autre tragédie pour nous, depuis des  députés européens aient affirmés que l’Europe communautaire, sur ses organisations, se perçoivent comme complètement inefficace pour gérer la situation. Il y a eu pourtant d’autres précédents au cours de l’histoire. L’Europe et ses instances devraient trouver une intervention efficace face à cette tragédie.

Bien sûr, cette situation est non seulement une «question européenne», mais aussi un problème mondial qui doit être pris en compte avec plusieurs acteurs et victimes. Cette réalité nous rappelle tristement le manque d’équilibre politique, économique, culturel et social entre plusieurs régions du monde, et l’absence d’une stratégie commune parmi les leaders internationaux de la planète. Les intérêts nationaux  remplacent la solidarité internationale !

Une majorité de citoyens dans de multiples pays ne souhaite pas intervenir ou à minima, alors que nous avons collectivement les capacité d’accueillir ces migrants. Mais voilà, cette question est traitée comme si nous allions être envahi. La peur et la crainte sont les meilleurs alliés de l’indifférence et du rejet de l’autre. C’est la même chose avec les plus exclus de la société. Nous tournons trop souvent la tête pour ne pas voir celui ou celle qui nous tend la main.

Et nous les travailleurs sociaux qu’en pensons nous ? Nous souhaitons  être des médiateurs de droits, ceux  de l’homme, que pouvons-nous faire en plus de notre colère ? Bien sûr, dans nos pratiques quotidiennes, nous sommes aussi en difficulté pour  faire face à ces personnes en difficulté, tels que les migrants dont personne ne veut.  Il nous faut trouver des réponses là ou les pouvoirs publics n’en fournissent pas. Il nous faut ré-inventer la solidarité, celle qu’on construits nos aînés lorsqu’ils se sont mobilisés avec les plus « misereux » de la terre.

Pas facile évidemment. Nous ne pouvons donner que de notre temps, de nos connaissances, partager, faire connaitre et reconnaître ces compétences nouvelles qui arrivent en France dans un si triste état. Il nous faut aussi résister à cette façon de considérer les autres, ceux qui n’ont rien comme « des problèmes » et s’inscrire dans une logique d’alliance avec les plus fragiles et démunis. Certes certains ont des réactions difficilement supportables, d’autres ne comprennent pas notre façon d’agir. Il nous faut alors chercher au fond d’eux mêmes leur part d’humanité, ce qui les rend respectables et dignes.

 Il nous faut aussi aller contre les idées reçues et notamment les théories telles celles du grand remplacement qui ne visent qu’à distiller la peur et le rejet de celui qui nous est étranger. Lourde tâche pour les travailleurs sociaux mais, vous en conviendrez, une tâche noble et digne d’intérêt car respectueuse des droits de l’homme qui gardent cette dimension universelle  chère à aux précurseurs des Droits tels qu’ils ont pu être mis en oeuvre lors de la révolution française de 1789. Revisitez vos classiques sur le sujet et vous verrez qu’ils sont toujours d’actualité…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s