Comment s’engager dans la vie associative aujourd’hui ? les 4 modèles de gestion d’association à identifier

En ces périodes de vacances, c’est l’occasion des bonnes résolutions et de nous interroger sur la participation des travailleurs sociaux à la vie associative.  Il est vraiment difficile aujourd’hui de donner du temps et de l’énergie pour construire des réponses collectives ou s’investir dans des projets de solidarité en dehors du temps de travail. Mais cela ne ne veut pas dire qu’on ne peut pas le faire…Les freins sont bien présents :

  • Les conditions de travail pour chacun qui se sont dégradées : quand on rentre chez soi le soir épuisé(e) de la journée, il est difficile de se remettre en activité pour le compte d’un collectif ou d’une association
  • Nos professions, très féminisées, font face à « la double journée – vie familiale – vie professionnelle)
  • Nous avons, malgré les fameuses RTT (que toutes ne prennent pas), un temps disponible limité : conséquence du 1er point, il est difficile désormais de se trouver un créneau de temps fixe, de poser une journée pour pouvoir intervenir de façon régulière et efficace

S’engager de façon bénévole justifie d’être en veille et en capacité de réagir au jour le jour et non de semaine en semaine et encore moins de mois à mois, c’est une attention soutenue aux autres et nous faisons déjà cela dans notre quotidien professionnel. Pas sûr que nous ayons envie de continuer cette pratique de façon en dehors du travail.

Enfin, le modèle du bénévole « hyperactif » qui avait l’avantage de l’efficacité mais ne fonctionne plus comme par le passé et ce n’est sans doute pas plus mal

Mais avant de s’engager dans une structure il y a certainement intérêt à vérifier son mode de fonctionnement

 Plusieurs modèles d’organisation existent dans le monde du bénévolat

  • le modèle « celui qui dit qui fait » l’exécutif est plus ou moins réduit : il décide et met en œuvre . Ce modèle est très efficace mais ne s’adresse qu’à un petit collectif. La charge de travail est lourde et elle est difficile à tenir dans la durée.

  • le modèle « hiérarchique vertical » : une autorité décide et pilote, un échelon propose et exécute. C’est, avec des différences plus ou moins grandes, le modèle en cours dans nos lieux de travail avec au plus ou moins d’autorité. Cela va du modèle « autocrate » au modèle « participatif » mais à chaque étape il y a des aller retours permanents d’informations et multiplication des messages. Nous savons qu’en service social le modèle vertical s’il n’est pas rejeté, est subi et fortement critiqué.

  • le modèle « hiérarchique horizontal » il y a toujours un exécutif (bureau et conseil d’administration) mais celui ci délègue dossier par dossier la responsabilité complète d’agir mais aussi celle de décider à une personne ou à une équipe qui s’organise comme elle le souhaite : par exemple : la communication est déléguée à une personne ou à une petite équipe qui, ayant mandat, communique directement sans en référer en permanence à l’autorité. Il rend compte de son travail une à 2 fois par an mais reste autonome. (cela l’oblige à rendre compte de son travail en Assemblée Générale). c’est le modèle qui nécessite des articulations transversales d’équipes projet à équipe projet sans passer systématiquement par les instances dirigeantes. Dans ce modèle l’exécutif se garde des dossier « régaliens » (généralement la communication et les finances et la vie associative.

  • le modèle autogestionnaire où l’exécutif tourne régulièrement : il ne fait qu’animer des responsables d’équipes en charge de tel ou tel secteur. En fait les responsabilités sont tournantes et il part du principe que tout le monde est responsable et peut assumer telle ou telle fonction. Ce modèle est plus souvent un idéal revendiqué qu’une réalité opérationnelle.

 Il y a sans doute d’autres modèles (comme pour la gestion des SCOP), dans ce cas c’est à compléter. Ma préférence va largement vers le modèle hiérarchique horizontal même si nous savons qu’aucun modèle n’est parfait et que les risques de dérives existent à de multiples niveaux. Il faut savoir mettre le curseur au bon endroit mais…

… Chacun des modèles fait appel à la responsabilité de chacun et à son engagement dans du « Faire » et ne peut se limiter à du « Dire ». Quel que soit le modèle la question du faire est posée tant au niveau du CA que du bureau mais aussi des commissions et des sections. Dans le monde bénévole, le faire à mon sens doit s’accompagner d’une liberté de celui qui fait d’agir comme il le souhaite, tant sur la forme que sur le fond mais celui ci est « cadré » : cela veut dire que nous devons faire confiance à ceux qui agissent et qui doivent rendre compte en leur laissant des marges de manœuvre tant sur la forme que sur le contenu. Cela concerne donc aussi les commissions et les sections susceptibles de porter un dossier spécifique.

Si vous souhaitez vous engager dans un mouvement c’est dans cette direction qu’il vous faut sans doute aller à l’image de ce que vous pratiquez dans l’aide et l’accompagnement des personnes : croire aux compétences de chacun mais savoir en évaluer les limites. (cadrage). Une fois ces limites posées, les compétences repérées et partagées avec les personnes concernées, nous pouvons proposer des engagements à hauteur des savoirs faire ou de pratiques identifiées. Ce n’est peut être pas simple mais cela me paraît une solution pour nous engager dans une dynamique de solidarité dans un monde où finalement le partage et l’échange restent des valeurs essentielles

crédit photo Projet : resto du coeur au Collège Camille Pissaro à .La Varenne-Saint-Hilaire..Le 19 Décembre 2013..  Photos : Djamila Calin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s