2 réflexions au sujet de « Que faites vous face à une personne qui porte le voile intégral ? »

  1. Mr Dubasque, si je me retrouve bien souvent dans vos écrits je dois vous dire que celui-ci m’a quelque peu désarçonné.
    Tout d’abord le « suis-je le seul à ressentir un malaise ? », dans le climat actuel pensez-vous que la question mérite d’être posée tant elle surfe sur un sujet qui passionne les médias ?
    -De quelle laïcité parlez-vous? Jean Bauberot qui travaille sur la question en recense aujourd’hui au moins 7profils types, revendiqués par différents individus et partis politiques, ayant des visées radicalement différentes: https://lectures.revues.org/17538. Laquelle pourrait-on ou devrait-on enseigner ?
    -Les glissements sémantiques : l’article prétend traiter du voile intégral, puis glisse sur le port du voile tout simplement
    -Sur un sujet aussi sensible et important que le voile il me semble qu’il aurait été plus important de se référer à des études qu’à des ressentis ou des observations toutes personnelles et donc forcément subjectives. Au sujet de ces hommes qui ne veulent pas avoir à faire à des femmes ou inversement: de qui parle-t-on, combien sont-ils…?
    Sur la question du port du voile en lui-même il me parait que votre collègue n’est pas spécialiste de la question. Elle a échangé avec des femmes voilées, soit, mais dans un cadre particulier qui n’est pas celui de la recherche mais d’une relation d’aide (de travailleur social à usager en l’occurrence), ses conclusions que vous nous transmettez n’ont donc aucune autre valeur que celles d’observations subjectives à nouveau.
    Quels sont ces quartiers où les femmes ne pourraient plus s’habiller « à l’occidentale? » Quand et où ont-elles exprimé ce sentiment ? Où peut-on trouver des témoignages fiables à ce sujet ?
    Je préfère passer sur le ô combien absurde port du voile=cache misère, qui ne sort d’on ne sait où, et sur la photo d’illustartion-caricaturale à souhait-pour enfin vous notifier que vous finissez par dévoiler votre pensée profonde « souvent des victimes par ignorance », « leur donner à voir qu’une autre existence est possible »…Quelle prétention ! Quelle est l’enquête qui nous permettrait d’affirmer que les femmes voilées sont systématiquement victimes de l’oppression masculine et qui ne sauraient s’en affranchir ? La question des converties démontre au contraire qu’il s’agit régulièrement d’un choix, au sujet duquel nous sommes effectivement libres de penser ce que l’on veut, mais sans faire de notre avis une vérité. Car c’est bien ce qui s’opère dans cet article, une simple opinion non vérifiée par un travail de fond fait office de vérité, ce que je trouve fort dommage.
    Il serait bon d’entendre la parole de ces femmes dont on parle si régulièrement sans les entendre alors que certaines seraient totalement disposées à s’exprimer http://lmsi.net/Une-parole-etouffee, car débattre d’une chose sans les principaux concernés est une impasse.
    Certaines se revendiquent même féministes, n’en déplaise à beaucoup dont le ressenti les empêche de penser la différence : http://www.contretemps.eu/interviews/%C2%AB-femmes-musulmanes-sont-vraie-chance-f%C3%A9minisme-%C2%BB-entretien-zahra-ali et il serait également bon d’en avoir conscience.
    C’est tout pour moi,

    J'aime

    1. Bonjour,

      J’ai lu avec attention votre réaction et effectivement une grande partie vos arguments me paraissent justifiés. Sans vouloir répondre point par point disons que certes la laïcité prend de multiples visages mais que cela ne doit pas nous faire l’économie d’en étudier le sens justement et ce qu’elle représente dans l’Etat républicain. Effectivement je n’ai fait que retraduire un échange avec une collègue qui rencontre des femmes voilées. Ce qui n’a aucune valeur académique mais son témoignage m’a tellement surpris que j’en ai rédigé ce billet. Dans mon esprit il s’agissait de femmes entièrement voilées dont on ne voit que le visage et je n’avais pas du tout pensé au simple voile sur la tête. Je me rends compte que j’ai écrit un peu trop rapidement et tiré sans aucun doute des conclusions hâtives. En tout cas loin de moi de penser que toutes les femmes seraient victimes d’oppression. Il semble toutefois que cela existe aussi et effectivement celles qui sont susceptibles de rencontrer une assistante sociale ont peut être plus de probabilités d’en faire partie. En fait à force de rencontrer que des situations de problématiques ou de crises, on ne voit plus que cela sans penser que la réalité objective est toute autre et les liens que vous avez mis sont très éclairants sur ce sujet. votre réaction m’a permis de prendre conscience de la relativité de mon regard et de ma compréhension de travailleur social.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s