10 bonnes raisons de travailler en polyvalence de secteur…

Vous en doutez ? prenez connaissance de ce qui vous anime et partagez le avec vos collègues (1)…

1. Vous ne vous ennuierez pas.

Aucun jour ne sera jamais le même. La diversité des situations, des personnes et des familles, la recherche de réponses avec elles face aux problèmes complexes qu’elles rencontrent, les situations et les lieux stimulent votre pensée et vous conduit à la créativité. Vous serez aussi en permanence dans un processus d’apprentissage continu aussi longtemps que vous restez dans ce travail. Les personnes que vous rencontrez vous en apprennent toujours sur ce que l’on appelle la condition humaine, mais elle vous en apprennent aussi sur vous mêmes

2. Ce que vous allez apprendre sur vous-même.

Les exigences physiques et émotionnelles que vous imposent votre travail mettront en évidence vos capacités de résilience personnelle et des compétences que vous ne soupçonniez pas. Vous serez étonné(e) de votre capacité à résoudre toute nouvelle difficulté nouvelle qui concerne votre propre vie. Vous développerez un niveau élevé d’intelligence émotionnelle ainsi que des compétences de perception et de compréhension que vous n’auriez jamais cru possible.

3. L’esprit d’équipe : vous n’êtes pas seul(e).

La vie quotidienne dans les équipes de polyvalence de secteur conduit à établir des relations avec les collègues qui vous voient dans les moment de peine et de joie. Si vous acceptez vos collègues tels qu’elles sont et non comme vous souhaiteriez qu’elles soient, vous développez une force et une intelligence collective productive et créatrice. Rappelez-vous, que vous allez rencontrer des personnes et des sitations qui modifient vos façons de travailler. Cela peut même parfois modifier l’ensemble de votre vision de la vie. Travailler dans cet environnement produit des relations qui vos accompagnent tout le long de votre carrière en travail social.

4. Vous êtes privilégiée.

Oui, même en étant trop peu payée, il faut se l’avouer, pouvoir aider un enfant ou une famille qui est souvent en crise, est un privilège absolu. Vous êtes au cœur de la rencontre avec des vies qui se construisent. Votre action peut être tout à fait déterminante et peut modifier des parcours de vie. Ayez conscience de cela en respectant les valeurs du travail social. Vous vous sentirez toujours honoré d’être dans une telle position.

5. Soyez fière.

Vous travaillez pour un mieux vivre ensemble, sur une ligne de front, au cœur de ce qui peut permettre le changement. Il est important de se sentir fier de son travail et de ses missions. nombreux sont celles et ceux qui doutent et ne souhaitent pas aller dans cette direction. Vous être modeste face à ce que la vie peut vous réserve mais vous pouvez être fière de ce que vous faites là où vous travaillez. Réagissez positivement dans votre fonction; rappelez-vous que le «parler positif encourage la pensée positive ».

6. Vos connaissances sont transférables.

Vous en apprenez tellement que vos compétences acquises au travail sont tout à fait utilisables ailleurs même si vous avez le sentiment de ne pas pouvoir changer de profession. La polyvalence de secteur vous apporte des connaissances très utile si vous souhaitez aller vers une autre domaine de travail social comme par exemple la protection de l’enfance mais aussi les loisirs, la formation,

7. Votre esprit critique se développe et s’améliore.

Quelles sont les autres professions et autres missions qui exigent de jongler et d’analyser une telle quantité d’informations complexes, et faire sens? La complexité est aussi une richesse et offre une multiplicité de réponses. C’est un défi permanent qui vous demande d’élaborer des réponses possibles et opérationnelle. Et quand vous le faites, cela en vaut la peine. N’oubliez pas que votre travail vous conduit sans cesse à avoir un esprit en alerte, en veille pour vous-même pour les autres.

8. La profession a besoin de vous.

Ne pensez pas à votre carrière à court terme. La polyvalence est une course de fond et non un 100 mètre ! Si vous partez à toute vitesse, vous ne pourrez pas tenir. Ayez une « économie » du faire et d’agir en acceptant de rester dans le même poste plusieurs années. Rien de moins que trois à cinq ans est nécessaire pour être au point de se sentir posée en termes de confiance et de compétence. La profession a besoin de travailleurs expérimentés, et les enfants et les familles ont besoin de professionnels qui capitalisent leurs expériences. Partez sur la bonne course, celle d’une course de fond; Plus vous restez, plus vous êtes en mesure de fixer des priorités, gérer le stress et généralement savoir « faire la part des choses » en vous concentrant sur ce que vous devez et savez faire, et sur ce qui compte vraiment. Ne cherchez pas à «gagner du galon» pour une fonction nouvelle ou ponctuelle, vous gagnerez peu au regard de ce vous perdrez. Mais si vous vous sentez fatiguée, usée, changez de secteur. Repartez sur de bonnes bases dans un nouveau quartier ou dans une commune à coté de là où vous étiez. Vous aurez le sentiment de pouvoir respirer et être disponible. Vous ferez attention à ne pas renouveller les quelques erreurs que vous avez pu commettre par le passé.

9. Vous vivrez vos émotions.

Vous apprendrez surtout à les contenir et les gérer sans nier leur existence. Vous éviterez d’envahir vos collègues avec vos propres affects mais vous serez en capacité d’accueillir ceux des autres sans jugement ni valeur. Vous ne serez plus centré sur vos propres opinions mais ce que vous recevrez des autres renforcera votre capacité à relativiser les choses, à mieux les comprendre et donc à mieux les prendre en compte. Vous aurez à faire avec votre propre économie des émotions. Et vous serez de plus en plus « authentique ».

10 A vous de trouver la 10ème raison et faites la comparaison …

Il existe bien d’autres raisons de choisir et d’assumer ce travail si particulier. Certes ce ne sera pas le salaire, ni sans doute la reconnaissance de votre employeur qui vous motiveront. Les personnes aidées elles mêmes sauront vous dire si ce que vous faites est bon pour elles et ce que vous leur avez apporté. Alors pour vous quelle est la dixième raison de s’engager dans la polyvalence de secteur ?

Cet article est publié dans le numéro 256 de la revue Française de Service Social qui vient de paraître avec les presses de l’EHESP

(1) J’ai utilisé pour cet article des éléments de traduction du texte « 10 reasons to stay in child protection social work » et notamment les têtes de chapitres. J’ai adapté et modifié ces principes en ne les limitant pas à la protection de l’enfance mais en les adaptant à la polyvalence de secteur à partir de ma propre expérience. Source : http:// www.theguardian.com/social-care-network/social-life-blog/2014/oct/01/child-protection-social-work-career-profession-ten-reasons

Photo : 89224580@N08 blogocram Montréal 30 Octobre 2013 – J’Accuse? (Projet Mégaphone)

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mon nouveau livre vient de sortir :
"Les oubliés du confinement"

Soutenez mon travail (et ce blog), en achetant un exemplaire !

%d blogueurs aiment cette page :